A ne pas manquer : le château Radziwiłł à Niasvizh

Publié le : 29 septembre 20227 mins de lecture

Le château Radziwiłł a été essentiellement achevé en 1604. Le complexe du palais a été reconstruit et reconstruit plusieurs fois au cours des siècles – dans les styles baroque, classicisme et néo-gothique. Son destin a toutefois été quelque peu chahuté

En 1446, le roi Kazimierz Jagiellończyk a remis Niasviž Mikołaj Niemirowicz, un boyard lituanien, qui a grandement contribué à l’élévation de Kazimierz Jagiellończyk au trône. Cette année est considérée comme la bonne date de fondation de Niasvizh, ce qui est confirmé par des sources historiques. Après Niemirowicz, Niasviž devient la propriété de la famille lituanienne Kiszk, propriétaire de Nesvizh et du château en bois qui existe ici jusqu’en 1533. Après Anna de Kiszków, le village est devenu la propriété de ses fils Mikołaj Radziwiłł « Czarny » et de son frère Jan. En 1551, les archives de Radziwiłł ont été apportées ici et en 1586, l’ensemble de la propriété a été converti en ordonnance.

Le château Radziwiłł entre guerres et rénovations

Le 5 décembre 1655, le château, qui appartenait au roi de soutien de Pologne, Michał Kazimierz Radziwiłł, fut repris par la trahison de 367 soldats de la garnison Słuck de Bogusław Radziwiłł sous le commandement d’Adam Wollax. En 1657, le palais tombe aux mains des Russes. L’analyse de l’inventaire foncier de 1658 montre que les pertes subies par le château n’étaient pas importantes.

En 1706, lors de la Troisième Guerre du Nord, l’armée du roi de Suède Charles XII s’empare de la propriété et détruit les fortifications. Quelques années plus tard, la famille Radziwiłł fit venir des architectes allemands et italiens qui rénovèrent et agrandirent le château.

Karol Stanisław Radziwiłł (Lord Lover), un adversaire de Stanisław August Poniatowski, connu pour son glamour et sa débauche, était une figure intéressante vivant dans les biens de Niewia.
Lors de la Confédération du Barreau en 1770, le château fut saisi par les Russes et la famille Radziwiłł en fut expulsée. Un peu plus tard, leurs archives ont été transportées à Saint-Pétersbourg (où elles se trouvent encore aujourd’hui) et la plupart des œuvres d’art rassemblées dans le palais ont été réparties entre les nobles russes. Abandonnée par leurs propriétaires indigènes et l’armée russe, la propriété de Niasvizh a commencé à tomber en ruine. En 1785, le roi Stanisław August Poniatowski est venu au château.

L’armée russe a de nouveau repris la propriété après 1812, en représailles à la participation de l’ordonné Dominik Hieronim Radziwiłł à l’expédition à Moscou (il était à la tête de son propre régiment de cavalerie). Entre 1881 et 1886, la propriété est revenue à la famille Radziwiłł et une rénovation en profondeur a eu lieu.La Première Guerre mondiale a porté un autre coup dur aux peintures, aux meubles, au matériel de guerre et à d’autres riches expositions.

De 1918 à aujourd’hui

Dans l’entre-deux-guerres, le château de Niaśviž est devenu célèbre pour la rencontre du maréchal Józef Piłsudski avec des aristocrates polonais, manifestant une volonté de coopérer avec les cercles de la noblesse. Cette réunion était animée, entre autres, par Stanisław Mackiewicz, qui a décrit les intérieurs du château de Nesvizh de la manière suivante : « L’immense château se composait de pièces décorées de centaines de portraits de Radziwiłł, de centaines d’armures et de ceintures Slutsk suspendues (…) le seul éclairage était des bougies. La lumière de ces bougies, agitée et romantique, se superposait aux couleurs des portraits éternels. reflété avec des lumières dans l’armure ». À cette époque, il y avait environ 2 000 ensembles d’armures dans le château, des centaines de peintures inestimables, des collections d’expositions diverses et des objets de famille de la famille Radziwiłł.

Après la fin de la Seconde Guerre mondiale, Radziwiłł et d’autres Polonais des régions frontalières orientales ont été expulsés de leur patrie. Niasviž a été incorporé à la Biélorussie, les autorités biélorusses ont transformé la magnifique résidence des Radziwiłł en sanatorium. Le château fut successivement pillé et détruit (de même que le parc séculaire), il ne restait que quelques poêles et cheminées des fastes anciens de l’art européen et de riches décorations intérieures, et ici et là des « chutes » de parquet d’avant-guerre.

Un bâtiment très important de Niasvizh est l’église des Jésuites. Corpus Christi, construit dans les années 1587 – 1603. C’est un mausolée de 102 membres de la famille Radziwiłł. Chaque cercueil en bouleau est marqué des armoiries de la famille de Trąba. L’église a été conçue par un architecte polonais d’origine italienne, Jan Maria Bernardoni, à l’instar d’Il Gesù à Rome comme la première basilique au monde avec un dôme et une façade baroque, commençant l’ère baroque en Pologne et en Europe de l’Est. En plus des pierres tombales élaborées, l’intérieur présente des fresques baroques tardives réalisées vers 1760 et un autel sculpté en 1583 par des sculpteurs vénitiens représentant Jésus crucifié.

Actuellement

En 1994, le complexe du château a été reconnu comme monument historique et culturel national par les autorités biélorusses. En 1997, la restauration du château a commencé. En 2001, le complexe du château a été remis au musée-réserve historique et culturel national de Niasviž. En 2002, le dernier étage du bâtiment a été endommagé par un incendie dû à une négligence grave. En 2004, le sommet de la tour a également été reconstruit selon l’aspect du XVIIe siècle, ne correspondant pas au style du château. En 2012, le casque de la tour précédente a été restauré. En 2005, grâce à de grands efforts et initiatives, incl. Poles, le complexe architectural, résidentiel et culturel de la famille Radziwiłł a été inscrit sur la liste du patrimoine mondial de l’UNESCO. Cependant, malgré cela, la profanation du bâtiment ne s’est pas arrêtée. La reconstruction du château a attiré de nombreuses critiques sévères en raison de travaux injustifiés et permettant la destruction. En mars 2008, lors de travaux de rénovation, les Biélorusses ont démoli une partie du château – l’une des galeries reliant le corps principal du palais à l’aile latérale du château a été détruite. Le château a été ouvert aux visiteurs le 21 juillet 2012.

Plan du site